*
*
*



retourner au point d'écoute 6



démarrer la visite


Au cours d'une visite guidée organisée par la boutique de Mémoires de Cité-jardin, j'écoute l'histoire d'Ebenezer Howard qui, à la fin du XIXe, invente le concept de cité-jardin en Angleterre. Constatant l'insalubrité du logement des ouvriers venus vivre en ville pour travailler dans les usines environnantes, il décide de concevoir une cité idéale dans laquelle puisse naître un projet commun de société. Entre ville et campagne, une nouvelle unité urbaine se dessine. La cité-jardin de Stains, réalisée entre 1921 et 1933, en est un exemple. Elle s'articule autour d'une place centrale où les commerces occupent les artères principales de la cité. Les équipement publics (école, bains douche, théâtre) se fondent dans cette architecture. Accolée au centre ville existant de Stains, ce nouveau quartier se compose de logements individuels avec jardins et de logements collectifs avec jardins individuels en coeur d'îlots. Au total près de 1670 logements sont construits. Reconnue patrimoine par son inscription au titre de sites en 1976, la cité-jardin d'antan a été conservée dans sa quasi totalité.



Les quelques rues et venelles verdies parcourues lors de cette visite guidée n'ont pas été sans surprises. La rencontre avec des habitants curieux de notre présence en coeur d'îlots nous invite à engager la conversation. Comment vit-on dans une cité-jardin située dans un tissu urbain aujourd'hui saturé ? L'expérience de la cité idéale a-t-elle toujours un sens ? Je cherchais à découvrir ce qui se cache derrière ce qu'on appelle patrimoine.



Je reviens quelques mois plus tard, équipée d'un micro, pour collecter le témoignage des habitants de ce lieu atypique, cherchant à comprendre les réalités quotidiennes de cette "anomalie" architecturale. Entre passé, présent et futur, ces histoires composent un mille feuille temporel où se sédimente la mémoire collective de plusieurs générations.



*